Un nouvel article sur les produits "bien vus", très en vogue en ce moment: bio et/ou équitable.

Je vous invite à ne pas vous laisser "berner" par des étiquettes bio, équitable, 95% d'origine naturelle. Apprenez à lire les étiquettes et à vous faire vous-même une check-list des ingrédients à banir de votre quotidien. Cela peut paraître long et fastidieu, mais c'est une habitude à prendre.

*

Pour qu'un produit soit bio, il faut qu'il ait été cultivé sans pesticide ni engrais chimiques de synthèse et/ou qu'il contienne 95% d'ingrédients issus de l'Agriculture Biologique. Dans les 5% restant, les industriels peuvent donc y mettre ce qu'ils veulent.

En ce qui concerne les cosmétiques bio, faîtes attention à certains ingrédients comme:

- les parabens, perturbateurs endocriniens, bien qu'ils ne soient plus du tout utilisés dans les cosmétiques actuels

- les silicones (dimethicone, polysiloxane...): faiblement biodégradables, ils lissent et gainent le cheveu mais à terme l'emprisonnent et l'oxydent.

- les sulfates (sodium laureth sulfate, sodium lauryl sulfate, ammonium laureth sulfate...): agent moussant peu onéreux, et détergent c'est-à-dire "composé chimique généralement issu du pétrole, [...] qui enlève les salissures".

- l'aluminium (chlorhydrate/chlorure d'aluminium): "considéré comme le meilleur des antisudorifiques [...] bloquant les conduits sudoripares". Celui-ci passe dans le sang et peut causer certaines maladies.

- phénoxyéthanol, conservateur soupçonné de causer une baisse de fertilité et très toxique pour les bébés.

- les PEG ou PEP (polyéthylène glycol): épaississant et gélifiant, hydrate la peau et retient l'eau dans les tissus mais difficilement biodégradables.

- Méthylisothiazolinone (MIT): conservateur et allergisant.

- Triclosan: agent antibactérien, suspecté d'être un perturbateur endocrinien agissant sur les oestrogènes et la fonction thyroïdienne.

Vous serez d'accord avec moi que nous n'avons pas besoin de tout ces ingrédients dans nos cosmétiques. Peu importe qu'un produit mousse, pourvu qu'il lave!

Pour reprendre ce qui est dit précédemment, dans les 5% restant des produits cosmétiques bio par exemple on peut trouver du sodium lauryl sulfate...

 *

Pour qu'un produit soit équitable, il faut que les agriculteurs (des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud) le produisent dans des conditions commerciales qui leur donnent les moyens de vivre décemment et d'améliorer leur condition de vie. Il s'agit souvent de produits n'étant pas cultivés dans les pays du Nord, comme le cacao, le café, le thé, le riz mais aussi le coton et les bananes.

 *

Sélectionnez vos labels également. Selon moi un produit n'est réellement bio que si son emballage comporte le label AB et le label européen (reconnaissable à ses étoiles formant une feuille), ou (pour la cosmétique) Nature Bio et Cosmébio. En effet, ce sont des labels officiels répondant à un cahier des charges précis. Le seul label équitable auquel je me fie, est le label Fairtrade Max Havelaar.

 *

Par ailleurs, dans un monde où le profit est la priorité beaucoup plus que la rentabilité, ne tombons pas dans la consommation naïve. "Je consomme bio alors c'est meilleur pour ma santé", "Je fais un geste pour la planète", "Je suis solidaire avec les petits producteurs du Sud". Mais qu'est-ce qui se cache réellement derrière ces systèmes? Attention à ce que j'appelerai l'organicwashing (ou action de communication ayant pour but de présenter, de façon parfois mensongère, une image "verte" et d'engagement dans le bio)! Un produit annoncé comme bio, qui permet donc de vendre plus cher des produits qui ne le sont pas toujours...

Soyons consom'acteurs et réfléchissons sur les produits que nous consommons quotidiennement, sans avaler ce que les marketeurs veulent nous faire gober. Les industriels et grands groupes s'emparent des tendances, et le bio/équitable en est une. D'où le fait de discerner le bon grain du mauvais, soit le vrai bio du semblant bio.

Malgré tout ça je vous dirais que oui, consommer bio et équitable coûte plus cher. Mais n'êtes-vous pas prêts à consommer des produits de meilleure qualité, tout du moins moins nocifs pour votre santé? Ce qui s'applique à vos vêtements s'applique aussi (et surtout!) à votre alimentation (en qui concerne la qualité et le prix). Comme le dit le label Fairtrade Max Havelaar "L’économie doit cesser d’être une fin en soi, pour se mettre au service de l’humain."

En ce qui concerne les cosmétiques, je vous invite grandement à revenir à l'avant "commerce industriel" où chacun fabriquait ses propres produits. Fabriquer-les vous-même, des articles à ce sujet ne manque pas sur mon blog ;)

[A venir, une vidéo english speaking des cosmétiques classiques]